Le bail c'est que la Hollande était full de marchands pétés de thunes et qu'il venait d'y avoir une épidémie de peste. Donc, en plus de plus savoir quoi foutre de leur pognon, les gens étaient dans un trip Carpe Diem, on peut mourir demain, prendre des risques c'est fun, bref, YOLO, quoi.
Là-dessus, se pointe la tulipe, fleur exotique importée de l'empire ottoman, t'as vu, qui met perpet' à fleurir et qui fait super chic dans ton jardin quand tu veux montrer au voisin qui c'est le patron.
Là-dessus, se pointe le potyvirus pour infecter des bulbes. Ce petit bâtard, en plus de créer une nouvelle variété de tulipes aux couleurs trop swag, il les rend encore plus longues à produire.

Economicus vulgaris

Economicus vulgaris est un projet de vulgarisation. Quatre posters pour expliquer les quatres phases de la "Tulipomanie", considérée comme la première crise spéculative. Il utilise la typographie Spécule, revival de la Trajane dessiné spécialament pour le projet. Les mots et les formes jouent avec les attentes du lecteur pour rendre le sujet drole et accessible. La grossièreté est le morceau de sucre qui aide l'économie à couler.


Sérigraphie deux couleurs sur papier offsett, série de 4 affiches, A2, 10 tirages
‒‒‒‒‒
ACCUEIL   En | Fr    BACK






La demande de tulipes grimpe sa mère parce que tout le monde en veut, c'est un peu l'iPhone 6 de 1637. Mais comme ces petites salopes sont pas pressées d'éclore, elles sont vachement longues à produire ; donc, on commence à signer des promesses de vente pour la période de floraison. On vend un peu la tulipe avant de l'avoir plantée quoi. Donc le nombre de tulipes vendues commence à dépasser le capital de tulipes réelles. Pour la faire courte, on en vend plus qu'il n'en existe. Tu le sens ou pas, que ça commence à sentir le sapin, là?






Mais c'est pas fini parce que des marchands mi-intelligents, mi-véreux, flairent le moyen de se faire du pognon et achètent des promesses de vente qu'il revendent plus cher. Et là, ça commence à craindre du cul sévère parce que les prix s'envolent. Et bim! Dissociation entre la valeur des prix des promesses de vente et la valeur réelle des tulipes.






Et un jour, c'est le drame. Les prix grimpent tellement que, dans une vente aux enchères, t'as un mec qui se retrouve comme un con avec son bulbe parce que personne a les thunes de se le payer. Et là c'est la misère. Parce que tous les mecs qui ont des bulbes ou des promesses de vente, ils ont peur que ça se vende plus, donc ils paniquent et ils essayent de vendre tous en même temps pour sauver leur peau, ces boloss. L'offre monte en flèche alors que la demande cherche du pétrole. Le prix des tulipes s'effondre, ça vaut plus un caramel. Bienvenue chez les hispters qui spéculaient déjà avant que ce soit cool. En Hollande, on a inventé le krach boursier avant la bourse.